Recherche



Le colosse des neiges de Campbellton

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

C'est le traditionnel congé de mars des écoles et les Trois Mousquetaires en profitent pour aller faire du ski au mont Sugarloaf de Campbellton. Mais à peine arrivés, les jeunes détectives sont témoins d'événements insolites. D'étranges marques de griffes ont été laissées sur la voiture de luxe d'un riche industriel et les gens parlent à voix basse d'une bête inconnue qui rôde dans la montagne.

Il n'en faut pas plus pour que les jeunes détectives se lancent dans une nouvelle aventure rocambolesque. Qui donc est ce millionnaire qui a quitté les montagnes de sa Suisse natale pour s'installer en Acadie? Les hurlements lugubres et mélancoliques qui résonnent dans l'air glacé de la région du Restigouche semblent faire écho à une malédiction qui pèse sur sa famille depuis plusieurs générations.

Rien n'est jamais ce que l'on croit dans cette histoire, et les Trois Mousquetaires devront redoubler d'efforts pour percer le mystère du colosse des neiges de Campbellton.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Personnages principaux, trois jeunes détectives et amis, Gabriel, Ania et Mamadou, surnommés les Trois Mousquetaires, qui se consacrent à élucider le mystère de la bête mystérieuse rôdant dans la montagne à Campbellton; nombreux personnages secondaires adjuvants, dont mamie Georgette, qui accompagne toujours les trois détectives dans leurs aventures, Dali, le samoyède de Gabriel, le professeur Jarnigoine, génie et inventeur toujours prêt à venir en aide aux jeunes détectives, monsieur Zuccanni, un riche industriel originaire de la Suisse, son domestique Nestor, ainsi que deux personnages opposants, le mystérieux Richard Zuccanni et le colosse des neiges.

    « Gabriel et Mamadou se tenaient debout devant la fenêtre, admirant rêveusement cet éblouissant tapis blanc. Assis à leurs pieds se trouvait Dali, le samoyède de Gabriel qui, comme tous les chiens de sa race, raffolait de la neige. Avec leur amie Ania, ils formaient les Trois Mousquetaires, une équipe de jeunes détectives qui avait affronté de nombreux dangers. » (p. 7)

    « - Eh bien, y a pas à dire, les mômes, l'aventure vous colle aux fesses! rigola Jarnigoine. Un yéti ou un sasquatch, hein? Eh bien, vous êtes vernis. Je viens de boucler la version électronique du bouquin que vous avez utilisé au lac Baker3, celui dans lequel j'ai brodé un texte sur les monstres marins. Vous vous rappelez? » (p. 32-33)

    « Ania le toisa du regard et allait répliquer quand monsieur Zuccanni s'interposa entre elle et son employé.
    - Je considère Nestor comme hors de tout soupçon, déclara fermement Zuccanni. Il est avec nous depuis que je suis nourrisson et pour moi, il fait partie de la famille. Je ne permettrai pas qu'on l'accuse de quoi que ce soit. » (p. 137)
     
  • Roman truffé de fausses pistes et de rebondissements, tenant le lectorat en haleine du début à la fin; intrigue teintée d'humour qui s'organise autour du mystère du colosse des neiges; thèmes aptes à plaire au lectorat visé (p. ex., aventure, mystère, peur, amitié, humour, technologie informatique).

    « - Le yéti est une créature qui habiterait prétendument dans les montagnes de l'Himalaya, expliqua Ania. Il est aussi connu sous le nom de l'abominable homme des neiges. Le sasquatch - qu'on appelle aussi Bigfoot aux États-Unis -, quant à lui, vivrait en Amérique du Nord. Mais de toute façon, ni l'un ni l'autre n'existe, alors… » (p. 29)

    « Gabriel hocha vigoureusement la tête.
    - Oui, je l'ai dans les mains, dit-il. Mais moi, je l'appelle mon jPhone!
    - Le jPhone? murmura le professeur en faisant la moue. Mmm… voilà un nom qui pourrait cartonner… » (p. 33)

    « Avant que personne ne puisse répondre, un autre craquement se fit entendre, suivi d'un grognement féroce. Jean-Pierre s'activa et ferma vivement le capot.
    - Allons-nous-en! cria-t-il en prenant place derrière le volant.
    Il essaya de faire tourner le moteur, qui toussota, puis s'arrêta.
    - Allez! Allez! gronda-t-il en tournant la clé à nouveau.
    Mais son T-Rex refusa de lui obéir. Avant qu'il ne puisse faire une troisième tentative, à seulement quelques mètres d'eux, une ombre gigantesque apparut. » (p. 115)
     
  • Texte pleine page, réparti en 37 courts chapitres titrés et numérotés, suivis d'un épilogue; présence d'une dédicace au début et d'une liste des œuvres de l'auteur à la fin du roman; illustrations en noir et blanc, de style caricatural, chacune offrant au lectorat un soupçon de l'action en cours; certaines pages non paginées.
  • Nombreux éléments graphiques (p. ex., guillemets, tirets, caractères italiques, points de suspension, abréviations, majuscules, parenthèses, notes en bas de page) qui facilitent l'interprétation du texte.

    « - Bien sûr, répondit celui-ci. J'ai un VTT à quatre places dans le garage. Ça ne nous prendra pas plus de dix minutes. » (p. 58)

    « - Non, mais je peux vous le décrire, […] Il était pas ben grand - à peu près la hauteur à JP, icitte-là -, pis il était pas mal classy… il m'a laissé un maudit bon tip. » (p. 95)

    « - Mais… mais… bafouilla Gabriel. Co… co… comment est-ce possible? » (p. 160)

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; emploi d’anglicismes, d’un jargon français, et d’expressions familières dans les séquences dialoguées, permettant au lectorat d’apprécier l’unicité de chaque personnage; utilisation de termes techniques et scientifiques (p. ex., prototype de mobile superintelligent, app, séquenceur moléculaire) apte à séduire un lectorat attiré par la technologie informatique.

    « - Mais enfin, dit-il soudain en sortant de sa rêverie. Je vous torpille ce chapitre sur le yéti en format électronique. Mais surtout, je vous envoie aussi une petite app de mon invention, capable de capter l’ADN grâce à un séquenceur moléculaire d’images isométriques intégré. Si vous pouvez trouver ne serait-ce qu’un seul poil de ce croque-mitaine, utilisez l’app, balancez-moi les données, et nous pourrons savoir à quelle sorte d’animal nous avons affaire. » (p. 34)

    « - Ah ben! si c’est pas JP! l’interrompit une voix venant de derrière eux. Quécé que tu viens faire icitte? Laisse-moi deviner : ton VTT s’est encore brisé. Je peux te vendre du duct tape pour faire tiendre les morceaux ensemble si tu veux. » (p. 93-94)
     
  • Emploi de phrases de base, de phrases transformées et de phrases à construction particulière; variété de types et de formes de phrases (p. ex., déclarative, exclamative, interrogative, négative) s’accordant au rythme de l’action.

    « Il se tourna à nouveau vers ses invités et son visage était tendu.
    - Au début, tout allait pour le mieux, mais le mois dernier, j’ai entendu cette rumeur d’une bête qui rôdait quelque part dans la montagne. Puis, la semaine dernière, nous avons entendu des hurlements… exactement ce que nous entendions en Suisse. […]
    L’Européen arrêta de parler et laissa échapper un soupir affligé.
    - Quel mystère… chuchota Gabriel à l’intention de ses amis.
    - Pauvre lui… murmura Mamadou.
    - Nous devons l’aider, déclara Ania. » (p. 88)

    « - Ne sois pas ridicule, dit Ania. Nous devons envisager la possibilité que le colosse des neiges n’existe pas. Je pense qu’il pourrait tout simplement s’agir d’un ours qui rôde dans la forêt.
    - Ah! Vraiment? s’offusqua Gabriel. Alors, comment expliques-tu ces marques de griffes…? Tu as dit toi-même qu’elles ne pouvaient provenir d’un ours! » (p. 91)
     
  • Séquences descriptives qui apportent des précisions sur les personnages, les lieux et les événements; nombreuses séquences dialoguées permettant au lectorat de mieux comprendre la relation entre les personnages.

    « - Serais-tu jaloux, Gabriel? demanda Mamadou avec un sourire narquois.
    - Je… quoi? Je ne suis pas jaloux! s’indigna Gabriel en devenant écarlate. Je faisais seulement remarquer que ce n’est qu’une maison, c’est tout… Pff… jaloux, moi… non, mais… » (p. 52)

     « Il s’approcha de Jean-Pierre et lui serra fermement la main. L’homme aux yeux gris devait avoir moins de trente ans et avait indéniablement l’allure européenne. À l’image d’une vedette de cinéma, il avait les traits fins et ses cheveux étaient méticuleusement gélifiés et brossés vers l’arrière. Il n’était pas très grand - environ de la même stature que Jean-Pierre -, mais dégageait une présence qui imposait le respect. Une écharpe jaune drapait paresseusement ses épaules. » (p. 71)

    « Il appuya à nouveau sur le klaxon et le rugissement de dinosaure se fit entendre à nouveau.
    - Mamadou, on te doit une fière chandelle, dit Ania.
    - Ton calme légendaire nous a sauvés d’une mort certaine, renchérit Gabriel.
    - Pour un instant, j’ai eu peur de ne jamais déguster un autre repas, rétorqua Mamadou. C’est sans doute ce qui m’a poussé à agir.
    - Pourquoi ne suis-je pas surprise? lança Ania en le poussant sur l’épaule. » (p. 118)
     
  • Emploi de procédés stylistiques (p. ex., jeu de mots, onomatopée, énumération, expression figurée, interjection) qui enrichissent le texte et ajoutent de l’agrément à la lecture.

    « Des canards montagnards! lança Gabriel à la blague. Ça rime en crime! » (p. 37)

    « "Wouf?" fit Dali.
    - Et des biscuits pour chiens, ajouta Mamadou.
    "Ouaf!" fit le chien. » (p. 38)

    « - C’est une caméra sans fil, connectée à Internet. Au cours des derniers mois, j’ai capté des chevreuils, des perdrix, des renards, et même un coyote une fois. Ce sont tous des animaux qu’on retrouve dans la faune du Nouveau-Brunswick. » (p. 49)

    « - Je ne sais pas quelle mouche l’a piqué, répondit Jean-Pierre. Habituellement, il est très poli… Peut-être s’est-il levé du mauvais côté du lit? » (p. 70) 

    « - Vrrrrooooouuuuum! fit-il en exécutant plusieurs tonneaux avec l’avion rouge avant de le faire foncer en vrille vers le plancher. Woooouush! » (p. 74)

Référents culturels

  • Référents culturels, historiques et géographiques de la francophonie acadienne (p. ex., L’Acadie Nouvelle, lac Caldwell, Shediac, mont Sugarloaf, origines de Campbellton, bataille de Ristigouche, déportation des Acadiens).
  • Référents culturels de la francophonie européenne, notamment la Suisse (p. ex., L’homme qui marche d’Alberto Giacometti, les Alpes, fondue au gruyère).

Pistes d'exploitation

  • Animer un remue-méninges en vue de dresser une liste de créatures mythiques (p. ex., le dragon, la licorne, le loup-garou, la sirène, le vampire). Proposer aux élèves de faire une recherche dans Internet sur une créature fabuleuse de leur choix, puis d'ajouter des illustrations pour agrémenter leur présentation. Les inviter à présenter leur travail au groupe-classe.
  • Le personnage opposant, Richard Zuccanni, occupe une place d'importance dans le roman, mais ne se révèle qu'à la fin. À une table ronde, inviter les élèves à discuter de ce personnage intrigant. Leur poser des questions pour alimenter la discussion (p. ex., Selon toi, Richard avait-il raison de vouloir se venger de son frère? Qu'auriez-vous fait à sa place? Richard dit que son esprit s'est embrouillé et qu'il a besoin de traitements. Qu'en pensez-vous?).
  • À la suite de la lecture de cinq ou six chapitres, écrire au tableau une piste d'écriture (p. ex., J'ai été surpris quand…, J'ai beaucoup aimé lorsque…, Si j'avais été à la place de… j'aurais…). Inviter les élèves à écrire leurs réactions et leurs commentaires dans leur journal personnel. Continuer ainsi, tout au long de la lecture du roman.
  • Après la lecture, former des équipes de trois ou quatre élèves, puis assigner, à chaque équipe, quelques chapitres du roman. Demander aux équipes de relever un passage humoristique de chaque chapitre assigné (p. ex., « - Eh bien moi, s'écria-t-il, je choisis de croire qu'il existe l'abobo… l'amobi… l'abobi… enfin, le yéti! » (p. 29)) Animer une mise en commun pour permettre aux équipes de faire part de leurs trouvailles.

Conseils d'utilisation

  • Situer la Suisse sur une carte du monde.
  • Inviter les élèves à suivre, sur une carte de l'Acadie, les déplacements des Trois Mousquetaires.
  • Avant la lecture du chapitre 3, expliquer aux élèves les facteurs qui ont incité la déportation des Acadiens.
  • Expliquer le rôle de l'épilogue.
  • Accompagner les élèves dans la compréhension des mots et expressions qui risquent de poser un défi (p. ex., marpaille, coup de bigophone, torpiller un chapitre, sourire mi-figue, mi-raisin).
  • Inviter les élèves à lire d'autres œuvres de la même série telles que Le monstre du lac Baker, Les soucoupes de la Péninsule et La prophétie de la Terre creuse, dont les fiches descriptives se trouvent dans FousDeLire.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 4e à 8e année, Série : Le monde animal, Les gorilles de montagne : des géants pacifiques.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca