Recherche



Smash sous le soleil et autres récits

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Recueil de trois récits.

Smash sous le soleil
Vincent et son partenaire Phong s'envolent vers le Mexique afin de prendre part à un tournoi international de volleyball de plage. Une fois arrivés à destination, ils n'auront guère le temps de se reposer, car M. Manzoni, leur entraîneur, est très exigeant. Sans compter qu'un accès limité à Internet, une copine qui ne répond pas aux textos, des adversaires de taille, prêts à tout pour gagner, et plein d'autres pépins leur feront vivre des hauts et des bas. Il leur faudra de la concentration, de la persévérance et un peu de ruse pour être à la hauteur de ce tournoi.

Le secret des dauphins
Un jeune ado, Pierre, admire son grand frère, Christophe, un biologiste marin avec qui il partage une passion pour la plongée sous-marine. À sa grande surprise, Pierre découvre que Christophe est désemparé parce qu'il craint pour son avenir. Grâce à Pierre, Christophe trouve une voie à suivre : l'étude d'une espèce de dauphin peu connue. Or, il lui faudra trouver une façon particulière d'étudier ces mammifères aquatiques très timides. Là encore, Pierre viendra à la rescousse de Christophe pour l'aider à trouver les dauphins et à découvrir leurs secrets. L'aventure qui les entraînera dans les profondeurs de la baie de Fundy comprend des risques et même des périls insoupçonnés.

La bicyclette qui mène au savoir
L'amitié de Marek et de Joachim, des camarades inséparables, va être mise à rude épreuve à cause de Salif, un jeune Malien qu'ils ne connaissent même pas. Les amis le découvrent au cours d'un reportage télévisuel. Joachim désire tout de suite l'aider en lui offrant ce qu'il veut le plus au monde : un meilleur accès à l'école. Marek hésite. Joachim, frustré par la réaction de son ami, lui lance un défi. Salif l'ignore, mais son sort repose entre les mains de deux jeunes Franco-Ontariens qui auront recours à des méthodes différentes pour le mener au savoir.

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Deux personnages principaux dans chaque récit (Vincent et Phong, partenaires de volleyball de plage, dans Smash sous le soleil; Pierre, narrateur participant, et son frère aîné, Christophe, dans Le secret des dauphins; Marek et son meilleur ami, Joachim, dans La bicyclette qui mène au savoir), accompagnés de nombreux personnages secondaires jouant des rôles plus ou moins importants dans chacune des aventures.

    « Vincent est bien content de rejoindre son bon ami et partenaire de volleyball de plage, Phong Tran. Pendant que les gars signalent leur présence à l’aéroport sur les réseaux sociaux, M. Larivière bavarde avec l’entraîneur de volleyball. » (p. 5)

    « Mon frère aîné qui a vingt-cinq ans, soit neuf ans de plus que moi, a une mine triste. Moi, par contre, je rayonne de bonheur. J’adore la plongée sous-marine que je pratique depuis l’enfance. En plus, j’ai la chance d’en faire avec Christophe que je vois rarement. » (p. 33)

    « Le lendemain, après l’école, les amis se réfugient encore une fois dans le sous-sol, chez Marek. Ce dernier, enfant unique, aime partager cet espace avec Joachim. » (p. 54)
     
  • Smash sous le soleil : narrateur omniscient; récit permettant au lectorat de faire des liens avec leurs connaissances et leurs expériences personnelles; sujets aptes à intéresser les filles et les garçons (p. ex., tournoi sportif, amitié, persévérance, esprit d’équipe).
  • Le secret des dauphins : narrateur participant; récit mettant en scène la relation entre deux frères dont l’aîné est un biologiste marin; sujets susceptibles d’intéresser aussi bien les filles que les garçons (p. ex., famille, amitié, plongée sous-marine, entraide).
  • La bicyclette qui mène au savoir : narrateur omniscient; récit mettant en scène deux amis touchés par l’histoire d’un garçon malien qui rêve d’aller à l’école tous les jours; sujets pouvant éveiller l’empathie chez les garçons aussi bien que chez les filles (p. ex., pauvreté, partage, amitié, collecte de fonds).
  • Mise en page aérée; texte généralement pleine page facilitant la lecture; illustrations en noir et blanc permettant de visualiser le déroulement des événements, ainsi que les émotions des personnages et ce, toujours en lien direct avec le texte; page couverture illustrée, annonçant le début de chaque récit et donnant un aperçu du contenu; table des matières au début de l’œuvre, liste des titres parus dans la collection QUAD9 à la fin de l’œuvre, et renseignements biographiques des auteurs sur la troisième de couverture.
  • Nombreux éléments graphiques (p. ex., guillemets, caractères italiques, points de suspension, tirets, majuscules, notes de bas de page, astérisques indiquant un changement de scène), facilitant l’interprétation des récits.

    « En retournant aux sièges où sont assis M. Manzoni et Phong, Vincent cligne des yeux. Il croit avoir reconnu quelqu’un assis tout près. Il observe de nouveau le voyageur qui joue sur sa tablette. "Ah, non! C’est vraiment lui" se dit-il. » (p. 7)

    « - Bonjour, les gars! Vous êtes en retard. Vous savez que je déteste les retards. Vous allez donc courir l’aller-retour d’ici jusqu’au dernier palapa2 là-bas, puis vous recommencerez dix fois!
    2 Palapa : sorte de parasol construit en bois et recouvert de feuilles de palmiers. » (p. 12)

    « - Alors, réalise un exploit remarquable. Tu pourrais faire une étude de… » (p. 34)

    « - IL VA GAGNER! crie Marek.
    - VAS-Y, PÉDALE! s’époumone Joachim. » (p. 51)

    « - Je voudrais faire partie de l’équipe de foot*, poursuit Salif, dépité. Je n’ai ni le temps ni l’énergie de me consacrer à ce sport car, après l’école, je dois faire le chemin de retour.
    * Foot : soccer » (p. 52)

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; registre familier dans quelques séquences narratives et dialoguées.

    « - Allô?
    - Bon, ça a pris pas mal de temps à répondre! Je vous attends pour l’entraînement dans quinze minutes.
    - OK, OK, mais il est vraiment tôt, répond paresseusement Phong.
    - Je n’ai pas dit que c’était une option. Quinze minutes, et que ça saute! » (p. 11)

    « Le ballon étant en jeu, tout le monde se tait. Des centaines de paires d’yeux sont rivées sur le ballon qui vole dans les airs de chaque côté du filet. Diego effectue un smash. Vincent court, plonge et réussit à envoyer le ballon de l’autre côté du filet sans que ses adversaires puissent l’arrêter. » (p. 25)

    « - Ben voyons donc! Tu t’es rendu au doctorat. Maintenant, tu peux faire le type de recherche que tu veux. » (p. 33)

    « Je suis devenu la victime du succès de mon camouflage. Je ne veux pas frapper les dauphins pour me forcer un passage. Comment sortir de ce pétrin? » (p. 43)

    « Plus tard, en passant devant le babillard se trouvant dans l’entrée de l’école, une affiche colorée attire son attention. "Il n’a pas chômé!" se dit-il en admirant la publicité de Joachim annonçant la collecte de livres dans dix jours. "Il a dû demander l’aide de sa famille. Je dois me grouiller aussi." » (p. 57)
     
  • Structures, types et formes de phrases variés favorisant une lecture dynamique et contribuant à la lisibilité de l’œuvre.

    « De nombreux applaudissements se font entendre. Ibrahim et Vincent montent sur l’estrade et saluent les spectateurs à leur tour. M. Sanchez tire à pile ou face afin de déterminer l’équipe qui servira en premier. C’est l’équipe mexicaine qui l’emporte. Les quatre joueurs descendent de l’estrade et se positionnent sur le terrain. La finale débute dans trois… deux… un! » (p. 23)

    « Tout à coup, mes amis s’éloignent. Qu’est-ce qui les a dérangés? Je me retourne. Mon sang se glace. Un requin fonce vers moi. Ce tueur a-t-il l’habitude de s’attaquer aux dauphins? Christophe ne croyait pas qu’ils avaient un prédateur dans la baie de Fundy. » (p. 45)

    « - C’est tout ce qu’ils mangent? s’insurge Marek. Je mourrais de faim, moi!
    - Ils ont tout de même l’air en bonne forme, commente Joachim. Ça ne doit pas être facile de marcher huit kilomètres et de passer la journée à l’école le ventre vide.
    Adeline Langlois termine son reportage en posant une dernière question au jeune Malien :
    - Salif, si l’on pouvait exaucer un seul de tes souhaits, lequel serait-ce?
    Sans hésiter, l’adolescent répond catégoriquement :
    - Pouvoir aller à l’école tous les jours, c’est mon plus grand souhait. » (p. 53)
     
  • Nombreuses figures de style (p. ex., onomatopée, énumération, métaphore, comparaison, personnification) et expressions imagées qui enrichissent le texte et évoquent des images dans l’esprit du lectorat.

    « Driiiiiiiiiiiiiiing! Driiiiiiiiiiiiiiing! Driiiiiiiiiiiiiiing! La sonnerie du téléphone réveille Phong qui consulte l’heure sur le cadran avant de répondre. » (p. 11)

    « L’entraînement s’intensifie constamment. À la fin de la journée, les deux gars sont morts de fatigue. » (p. 12)

    « Depuis quelques mois, les entrevues à la télé, à la radio et dans les journaux se succèdent à un rythme d’enfer. » (p. 46)

    « Marek sourit de toutes ses dents. Même s’il sait qu’il a des croûtes à manger avant d’y arriver, il rêve de prendre part un jour à ce championnat du monde de cyclisme sur route. » (p. 51)

    « Les paroles frappent Marek, comme un coup de fouet. » (p. 57)
     
  • Séquences descriptives qui apportent des précisions sur les événements, les lieux, ainsi que les personnages et leurs émotions.

    « Vincent et Phong mènent la partie. Malgré que Phong ne soit pas très grand, il est agile et rapide. À maintes reprises, il complète des passes spectaculaires. De son côté, Vincent réussit deux smashs foudroyants, mais il est distrait par un oiseau qui vient se poser sur le filet. Puis, il manque son coup. L’équipe de Windsor prend alors les devants. Après deux jeux égaux, Ibrahim et Théo gagnent le jeu décisif et remportent la victoire. » (p. 14-15)

    « Sous un beau soleil, j’entame ma deuxième plongée. Trente minutes plus tard, mon cœur se met à battre très fort lorsque j’aperçois les dauphins. À petit coup de palmes, je me dirige lentement vers eux. Les dauphins m’étudient. Les uns après les autres, ils me frôlent rapidement. Sont-ils méfiants? J’avance toujours dans leur direction, mais ils restent dans les parages. Soudain, un dauphin fonce vers moi. Son rostre, c’est-à-dire son bec, arrive pile sur le mien. » (p. 41)

    « Tôt le lendemain matin, une dizaine de cyclistes sont rassemblés au parc municipal. Marek est heureux du taux de participation à son vélothon et aussi des sommes amassées, soit assez pour l’achat de trois vélos Buffalo. Il est fier d’avoir pu organiser cet événement. Sa seule déception : l’absence de Joachim. » (p. 60)
     
  • Séquences dialoguées permettant au lectorat de mieux comprendre les liens entre les personnages.

    « - J’ai mal à la figure. Je pense que je n’ai jamais autant souri pour des photos de toute ma vie! lance Vincent en s’observant dans le miroir.
    - Prépare-toi, tu vas devenir une vedette! répond Phong à la blague.
    - La seule chose qui me déçoit, c’est que je n’ai pas gagné avec toi.
    - Je le sais. Moi aussi, je le voulais ce trophée…
    Ben, une grosse partie de la victoire te revient assurément, car c’est ensemble qu’on s’est rendus en finale, déclare Vincent. » (p. 27)

    « - Justement, s’il n’y a pas d’études approfondies au sujet de ces dauphins, c’est parce qu’ils sont très timides. Personne n’a réussi à s’en approcher.
    Christophe s’installe au volant, tandis que je revêts mon manteau.
    - Je ne peux pas croire que tu as acheté ce manteau-là, dit-il avec un rire moqueur.
    J’examine mon manteau à rayures noires et blanches.
    - Qu’est-ce qu’il a?
    - On dirait une tenue de camouflage pour chasser des zèbres, me lance Christophe.
    La raillerie de mon frère, même si elle me vexe, m’inspire une idée.
    - Pour étudier les Stenella, tu pourrais te déguiser en dauphin.
    Soudain, Christophe me contemple comme si j’étais un billet de loterie comportant le numéro gagnant.
    - Tu n’es pas si fou que t’en as l’air, mon petit Pierre. » (p. 35-36)

    « - Trois vélos! On pourra en acheter trois!
    - Tu avais raison, avoue Joachim en ravalant sa fierté, ton idée était meilleure que la mienne.
    - Ta collecte a pourtant bien fonctionné.
    - Si tu voyais les livres poussiéreux que j’ai reçus, lui avoue Joachim. J’irai à la librairie demain, mais je n’ai pas grand espoir.
    - Tu recevras peut-être assez d’argent pour acheter des pneus de rechange? lui dit Marek pour le taquiner.
    - Au moins un. » (p. 61)

Référents culturels

  • Mention de quelques villes canadiennes à forte population francophone (p. ex., Ottawa, Montréal) et de quelques milieux minoritaires francophones en Ontario (p. ex., Sault-Sainte-Marie, Windsor, Toronto, Mississauga).

Pistes d'exploitation

  • Demander aux élèves de rédiger un reportage à partir des personnages et des événements décrits dans un des récits. Les inviter à présenter leur reportage devant le groupe-classe, comme s'il était diffusé à la radio ou à la télévision.
  • Inviter les élèves, regroupés en dyades, à changer la situation finale d'un des récits. Leur demander de présenter leur situation finale, sous la forme d'une saynète, devant le groupe-classe, puis inviter les auditeurs à réagir à la présentation.
  • Demander aux élèves de choisir un personnage principal d'un des récits, puis de chercher, dans le texte, des indices permettant de définir ses traits de personnalité, et ceci, à partir de divers critères (p. ex., ses gestes, ses sentiments, sa façon de parler, ses pensées). Inviter les élèves ayant choisi le même personnage à se réunir, puis à discuter de leurs trouvailles.

Conseils d'utilisation

  • Situer, sur une carte géographique, les endroits suivants : Mexique, baie de Fundy, Mali.
  • Présenter les caractéristiques du reportage afin d'en faciliter la rédaction.
  • Demander aux élèves d'effectuer une courte recherche, dans Internet, sur les conditions de vie des adolescents du Mali. Animer une mise en commun afin de leur permettre de faire part de leurs trouvailles.
  • Dresser, en groupe-classe, une liste d'activités que l'on peut faire pour prélever des fonds pour une bonne cause. Discuter avec les élèves de ce que l'on peut considérer comme étant une bonne cause.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • CFORP. 2012. L'info sport numérique, une lecture en action, Ottawa.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca