Recherche



Ti-Jean-le-Rusé

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Les lecteurs retrouveront avec plaisir le personnage de Ti-Jean dans les trois contes de ce recueil. Encore une fois, ce héros de la tradition populaire n'hésite pas à affronter mill dangers pour se porter au secours d'une princesse prisonnière ou pour venger un affront à l'honneur familial. Les géants et les monstres n'ont qu'à bien se tenir!

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Un personnage principal légendaire, Ti-Jean, en quête de bonheur et de justice; personnages secondaires opposants (p. ex., L’Oiseau de la mort) et adjuvants (p. ex., le veau blanc).

    « Quelques instants plus tard, Ti-Jean vit apparaître l’Oiseau de la mort dans le ciel. […] plus l’oiseau approchait, plus il devenait immense. Quand il atterrit sur le sommet de la montagne, il était plus gros qu’un éléphant. » (p. 22-23)

    « À la naissance de leur fils, ils l’avaient nommé Jean. Mais en raison de sa taille, tout le monde des alentours l’appelait Ti-Jean. Il était vaillant, gentil et serviable. Il aidait beaucoup son père à cultiver les champs, et, surtout, il aimait s’occuper des animaux. » (p. 118)

    « …tu sais qu’aussi longtemps que je vivrai, je pourrai toujours te donner à manger et à boire. Et si tu fais ce que je te dirai, tu réussiras toujours te débrouiller (sic). » (p. 148)
     
  • Intrigue typique du conte où on peut suivre l’évolution des personnages et voir leur rôle dans la progression de l’histoire.

    « - Il y a dans cette forêt un aigle géant que tout le monde appelle l’Oiseau de la mort. Il est très méchant et dangereux. » (p. 15)

    « Notre père est si content de cet étranger qu’il est prêt à lui léguer son royaume. Et nous, nous n’aurons rien. Nous deviendrons ses serviteurs. » (p. 86-87)

    « Les deux filles étaient rendues tellement jalouses de Ti-Jean qu’elles se demandaient ce qu’elles pourraient bien faire pour s’en débarrasser. » (p. 125)
     
  • Narrateur omniscient qui révèle les pensées et les sentiments des personnages.

    « Ti-Jean était tellement content qu’il n’avait qu’une envie : repartir afin de pouvoir mettre ses objets magiques à l’épreuve. » (p. 15)

    « Le prince la trouvait de plus en plus aimable, et de plus en plus belle. Déjà, il l’imaginait en habits de princesse. » (p. 59)

    « Durant la nuit, le roi se mit à réfléchir à la proposition de Ti-Jean. » (p. 78)

Langue

  • Registre courant dans l’ensemble de l’œuvre.

    « Je suis Ti-Jean-la-Ruse, répondit-il. Mais ne répéter jamais mon nom à qui que ce soit car cela pourrait me porter malheur. » (p. 21-22)

    « Ti-Jean eut vite l’occasion d’essayer sa nouvelle façon de satisfaire sa faim et d’étancher sa soif, et chaque fois, cela marchait selon ses souhaits. » (p. 128)
     
  • Figures de style (p. ex., comparaison, énumération, onomatopée) et procédés narratifs (p. ex., écart entre durée réelle et narrative, discours indirect) qui contribuent à créer l’atmosphère et à faire progresser le récit.

    « Au bout de sept jours de marche, il alla cogner à la porte d’une petite cabane pour demander l’hospitalité et s’informer de la route qu’il restait à parcourir. » (p. 11-12)

    « Il courait comme un damné, et le sang coulait partout. » (p. 24)

    « Ti-Jean se rendit vite compte que l’oiseau n’en avait plus pour longtemps. Alors, il rassembla son courage, grimpa sur le dossier de la chaise et paf! » (p. 24-25)

    « Ti-Jean commençait à s’inquiéter sérieusement de ne pas entendre de bruit lorsque, soudain, le vacarme de la veille recommença : des beuglements terribles, des cornes qui se heurtaient, des roulements de sabots qui trépignaient sur le sol. » (p. 155)
     
  • Lexique évocateur des différents thèmes et sujets présentés dans l’œuvre (p. ex., jalousie, mort, détermination).

    « Mais lorsqu’elles s’aperçurent qu’il ne les regardait même pas et que, en plus, il continuait à recevoir tous les égards de son père, elles commencèrent à le détester. Elles le disaient laid et haïssable. C’était toujours lui qui recevait des cadeaux, tandis qu’elles n’avaient rien. » (p. 122)

    « « Comment mon petit veau a-t-il pu tuer une bête pareille? » pensa-t-il. Toujours inquiet, il s’approcha du gros bœuf et aperçut son petit veau couché par terre, de l’autre côté. Il était mort, lui aussi. Découragé, Ti-Jean alla s’asseoir par terre près de son veau et se mit à pleurer. Qu’allait-il faire sans son fidèle ami? » (p. 160)

    « - Ne vous inquiétez pas, princesse, reprit Ti-Jean. Je vais me battre avec la bête pour vous sauver de ses griffes. » (p. 182)

Référents culturels

  • Personnages associés au folklore et à la tradition orale franco-canadienne : Ti-Jean, le géant, la princesse, les animaux aux pouvoirs extraordinaires.

Conseils d'utilisation

  • Mettre en contexte le personnage de Ti-Jean, personnage légendaire des contes canadiens-français, dans les classes regroupant des apprenantes et des apprenants du français.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca