Recherche



La princesse Isabelle et le prince Bruno

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Isabelle est une princesse heureuse jusqu’à ce que Cupidon, petit dieu espiègle, lui décoche une flèche en plein cœur. La voilà follement amoureuse du prince Bruno - qui ignore la princesse. Ses parents, la voyant verser des larmes grosses comme des pois, font appel au moine Valentin.

Il lui prescrit de partager cet amour qui la tourmente en envoyant des messages de tendresse à ceux et celles qui l’entourent. Un soir, pendant que Cupidon rôde encore dans les parages…

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Personnage principal, la princesse Isabelle, qui, attristée par l’indifférence du prince, met tout en œuvre pour conquérir le cœur de ce dernier; quelques personnages secondaires, Cupidon, dieu de l’amour, le moine Valentin, qui prodigue de précieux conseils à la princesse, le prince Bruno, qui finit par succomber au charme d’Isabelle, et enfin les parents, frères et sœurs de la princesse.

    « La princesse Isabelle était d’un heureux naturel et elle savait faire preuve de ténacité, voire d’indépendance. Elle avait une vie d’affection et de bonheur au milieu de ses parents, de ses deux frères et de ses trois sœurs qu’elle chérissait de tout son cœur. » (p. 7)

    « En voyant la tristesse dans les yeux de la princesse Isabelle, Valentin se tira la barbe. Puis, il lui confia trois choses : une robe de dentelle ivoire, un cœur en chocolat au lait et un assortiment de cartes de vœux. Ensuite, il lui fit boire une tisane de fruits et de fleurs. » (p. 15)

    « C’était le prince Bruno, le seul qui ne semblait pas captivé par son élégance, sa bienveillance et sa grâce. Ce jeune homme avait tant souffert dans la vie que son cœur s’était endurci. » (p. 21)
     
  • Intrigue amoureuse comprenant quelques péripéties faisant des liens avec la légende et les coutumes de la fête de la Saint-Valentin.

Présentation

  • Illustrations pleine page aux couleurs pastel, agrémentées de nombreux détails révélant les émotions des personnages et permettant d’établir un lien direct avec le texte.
  • Bordure verticale rose sur les pages de droite indiquant chaque page du conte et bordure mauve marquant une section complémentaire où l’on retrouve un épilogue, des jeux, des activités ainsi qu’une courte biographie de l’auteure et de l’illustratrice.
  • Caractères d’écriture noirs sur blanc, faciles à lire; police de caractère adaptée au lectorat visé.
  • Mise en page aérée sur pleine page et demi-page de texte; texte divisé en paragraphes allégeant la lecture.
  • Dimensions : 21,5 cm x 19 cm; couverture souple.

Langue

  • Utilisation de mots familiers (p. ex., princesse, bonheur, tristesse, flèche, conseils, vœux) et d’un vocabulaire plus complexe relié au thème exploité (p. ex., succombaient, entonnait, cloître, ténacité, affligée, rebelle, amertume, ressentiment, loqueteau).
  • Emploi de phrases de base et de phrases transformées, souvent longues, décrivant en détail les personnages et les lieux; variété de types de phrases soutenant l’intérêt du lectorat.

    « Souhaitant distribuer gestes d’amitié et cartes de gentillesse le plus tôt possible, comme le sage Valentin lui avait suggéré, elle revêtit sa robe de dentelle ivoire, se drapa d’un manteau de velours rouge et enfila de chaudes bottes. Un dernier coup d’œil à son miroir ovale et elle sortit dans la rue où tout était recouvert de neige. » (p. 17)

    « - Tiens, tiens, tiens! Où allez-vous donc princesse et que cachez-vous dans votre main comme ça? » (p. 21)
     
  • Plusieurs expressions figurées (p. ex., énumération, onomatopée, comparaison et métaphore) rendant la lecture imagée.

    « Elles rentrèrent vite à la maison afin de confectionner leurs propres cartes, peintes à la main, certaines piquées de perles, même ornées de satin, de soie, de tulle et de délicate dentelle. » (p. 19)

    « Il fallait la voir lui tendre la main avec hésitation, comme si elle apprivoisait un farouche écureuil. » (p. 23)

    « Naturellement, certaines mauvaises langues, des gens au cœur plein de fiel, disaient :
    - Ce ne sont que des amourettes. Ça passera. » (p. 25)

    « Tout ce monde en liesse dansait à en faire ployer le plancher. Ah! Cette histoire finit bien et, depuis, dans la ville de Beausoleil, les pendules ne sonnent que des heures heureuses. » (p. 27)
     
  • Plusieurs séquences descriptives et quelques séquences dialoguées permettant au lectorat de s’imaginer les personnages et les lieux et favorisant la compréhension des événements.

    « - Elle est belle comme un cœur, disait l’un.
    - Vive la princesse Isabelle! s’exclamait un autre. » (p. 3)

    « Enfin, les tourtereaux, arrivés à l’âge adulte, se marièrent. Valentin bénit leur union. Le prince glissa un anneau d’or au doigt de sa bien-aimée. Ce fut une noce telle que jamais il ne s’en était vu. Valentin et Cupidon étaient assis côte à côte à la table d’honneur avec les jeunes mariés, leurs parents et leurs amis. » (p. 27)

Référents culturels

  • Mention d’une strophe d’une chanson folklorique, Petits oiseaux peureux, paroles et musique de Joseph Beaulieu, auteur-compositeur franco-ontarien.
  • Référence à une chanson du folklore de la francophonie internationale, Ferme tes jolis yeux, de V. Thomas et de R. De Buxeuil, auteurs, et musique de René de Buxeuil, de France.
  • Référence à une comptine française anonyme, C’est le docteur Guéritout, qui a un remède à tout.

Pistes d'exploitation

  • Repérer dans le texte les expressions figurées qui contiennent le mot « cœur » (p. ex., belle comme un cœur, un cœur d’or, de tout son cœur, sentir son cœur s’arrêter, avoir le cœur léger, réchauffer son cœur) et inciter les élèves à en utiliser quelques-unes lors de la rédaction d’un court poème rimé incorporé à une carte de la Saint-Valentin.
  • Former des dyades et demander aux élèves de rédiger deux strophes supplémentaires à la comptine Guéritout à la p. 13 du texte. Permettre à chaque dyade de présenter sa comptine au groupe-classe.
  • Inviter les élèves à se regrouper en petites équipes et de sélectionner une activité parmi celles qui sont suggérées à la fin de l’œuvre. Faire un retour collectif pour permettre à chaque équipe de faire part de son appréciation des activités choisies.

Conseils d'utilisation

  • Présenter les caractéristiques du poème rimé afin d’en faciliter la rédaction.
  • Lire à voix haute l’épilogue et la légende de la Saint-Valentin, qui se trouvent à la fin du livre.
  • Trouver, dans Internet, le texte intégral et la musique des chansons Petits oiseaux peureux et Ferme tes jolis yeux afin d’en faire la présentation aux élèves.

Ressource(s) additionnelle(s)

  • IDÉLLO.org, ressources éducatives en ligne, 1re à 3e année, Série : Rêve d’enfant, Sarah.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca