Recherche



Tite-Jeanne et la Pomme d'’or

AjouterAjouter à mon bac de lecture

Aperçu

Le père de Tite-Jeanne considère que sa fille n’a pas les mêmes capacités et droits que ses deux garçons. La mère proteste et demande qu’on soumette ses trois enfants à la même épreuve. Partis séparément à la recherche de la Pomme d’or, ceux-ci se butent à toutes sortes d’obstacles. Tite-Jeanne saura-t-elle les surmonter? Sa rencontre avec un prince va-t-elle l’aider à trouver la Pomme d’or ou, au contraire, lui attirer plus d’ennuis?

(Tiré de la quatrième de couverture du livre.)

Contenu

  • Personnage principal, Tite-Jeanne, jeune fille intelligente et consciencieuse qui cherche à prouver à son père qu’elle a autant de mérite que ses frères; plusieurs personnages secondaires, dont le père, vieil homme ambitieux et avare, la mère, soucieuse d’assurer une part de l’héritage familial à sa fille, les deux frères malveillants ainsi que la gentille sorcière, les deux géants, le roi Robert et son fils, le jeune prince.

    « Le vieil homme possédait beaucoup de richesses et, voyant la mort approcher, résolut de laisser tout son héritage à ses deux fils.
    Sa femme n’était pas du tout de son avis. Selon elle, Tite-Jeanne faisait plus de travail autour de la ferme que leurs deux fils, qui pensaient davantage à s’amuser qu’à travailler. » (p. 9-10)

    « Quant au père et à ses deux fils, ils prétendirent que Tite-Jeanne avait tout inventé et tournèrent tous ses propos en ridicule.
    - Voyons donc! disaient-ils. Des géants qui lisent, un cheval qui parle, une armée de soldats déjouée, un prince qui te prête sa pomme d’or, et tes frères qui te poussent dans un ravin… Ça ne tient pas debout. Tu n’es qu’une rêveuse, Jeanne. Une bonne à rien. Va-t’en donc travailler dans la grange. C’est encore ce que tu peux faire de mieux. » (p. 67-68)
     
  • Intrigue simple et divertissante illustrant les caractéristiques du conte typique; sujets susceptibles d’intéresser les filles et les garçons de par les thèmes exploités (p. ex., épreuves, héroïne, aventure, géants, sorcière, prince, entraide, ténacité).
  • Illustrations peu nombreuses, en noir et blanc, permettant au lectorat de se faire une image mentale des événements; mise en page aérée, texte structuré en trois chapitres cohérents; mot de l’auteur précédant le texte, et table des chapitres et entrevue avec l’auteur à la fin de l’œuvre.

Langue

  • Registre de langue courant dans l’ensemble de l’œuvre; vocabulaire simple, certains mots pouvant représenter un défi (p. ex., colosse, dépourvue, restituer, vociféra, refréna, moribonde).

    « Vers midi, elle découvrit le château du Roi Robert. C’était un édifice imposant et d’une grande beauté. Le soleil, qui était très haut à ce moment-là, faisait miroiter les nombreuses fenêtres du château, tellement qu’on aurait dit que tout l’édifice était en or. » (p. 47)

    « Elle ne savait plus quoi répondre. Il avait l’air tellement sympathique, ce jeune prince, qu’elle avait envie de tout lui raconter. Mais elle pensa que, si elle lui disait pourquoi elle était là, toutes ses chances de rapporter la pomme d’or seraient anéanties. » (p. 51)
     
  • Texte contenant plusieurs longues phrases à structures complexes, comportant de nombreux détails qui permettent au lectorat de s’imaginer la scène.

    « Mais comme elle n’était pas dépourvue d’ambition, elle tenait à continuer ses recherches à tout prix, même au prix de la peur, afin de montrer à son père qu’elle valait bien autant que ses deux frères. » (p. 39-40)

    « Ainsi, pendant que les soldats s’emparaient des deux fils et que le Roi tenait enfin sa pomme entre ses mains,
    Tite-Jeanne montait dans le carrosse royal, toute joyeuse, au bras de son beau prince. » (p. 73)
     
  • Séquences descriptives apportant des précisions sur les personnages, les lieux et les événements.

    « Sans perdre de temps, Jeanne remercia la vieille dame et continua son chemin. Au bout de trois heures de marche, elle arriva au pied de la montagne. Elle trouva sans difficulté le sentier qui montait vers la droite et se retrouva bientôt devant un grand nid qui contenait une bonne
    demi-douzaine de petites colombes. » (p. 20)

    « Tite-Jeanne lui raconta alors sa vie à la ferme, l’avarice de son père, l’ambition malveillante de ses frères… Elle lui expliqua qu’elle était partie pour montrer à sa famille de quoi elle était capable et, surtout, elle lui révéla comment elle avait réussi à savoir où se trouvait exactement la pomme d’or. » (p. 53)
     
  • Plusieurs séquences dialoguées permettant de mieux comprendre les relations entre les personnages.

    « - Qu’est-ce que tu cherches ici ma petite? demanda le géant. […]
    - La pomme d’or! s’écria le géant. Mais tu ne cherches pas les choses les plus faciles à trouver, toi! Non, je ne vois pas comment je pourrais t’aider. » (p. 38)

    « - Je [le Roi Robert] suis venu chercher ma pomme d’or!
    annonça-t-il solennellement.
    - Il n’y a pas de pomme d’or ici, répondit le riche fermier.
    - Si! Si! dit le Roi. Nous la cherchons depuis des mois, et mon fils a reconnu dans votre champ le beau cheval blanc que montait la jolie jeune fille à qui il avait prêté la pomme d’or.
    - Prêté la pomme d’or?... Qu’est-ce que c’est que cette histoire? Je n’ai que deux fils, et ce cheval blanc que vous avez vu est resté ici par hasard. » (p. 69-70)

Référents culturels

  • Référence à la francophonie canadienne, le personnage de Tite-Jeanne étant la version féminine de Ti-Jean, que l’on retrouve dans les contes franco-canadiens.

Pistes d'exploitation

  • Former des équipes et proposer aux élèves de présenter un épisode du conte sous forme de bande dessinée (p. ex., Tite-Jeanne ramenant l’eau Atoumo, Tite-Jeanne poussée dans le précipice par ses deux frères). Permettre à chaque équipe de présenter sa bande dessinée et de recevoir une appréciation de la part du groupe-classe.
  • Demander aux élèves de faire une comparaison entre le conte Tite-Jeanne et la Pomme d’or et un autre conte du même auteur (p. ex., Ti-Jean-le-Rusé, Tite-Jeanne et le Prince triste). Utiliser le diagramme de Venn pour mettre en évidence les ressemblances, les différences et les points communs entre les deux œuvres.
  • Situer l’œuvre dans son contexte socioculturel (p. ex., tradition orale du folklore canadien français), puis animer une discussion au sujet de l’iniquité vécue par Tite-Jeanne au sein de sa famille.

Conseils d'utilisation

  • Présenter les caractéristiques de la bande dessinée afin d’en faciliter la rédaction.


Tous droits réservés © 2014 FousDeLire.ca